"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

samedi 25 mars 2017

CHASSE AU FILLON : DEUXIEME MALAISE


le monarque veille au grain
En vain contre le Cid un ministre se ligue, 
Tout Paris pour Chimène a les yeux de Rodrigue ; 
L’Académie en corps a beau le censurer, 
Le public révolté s’obstine à l’admirer.
Corneille

BIENVENUE CHEZ LES POURRIS DANS LE REGNE MALADORANT DE LA BOURGEOISIE DECADENTE

Comment fabriquer un best-seller ? Lire ce qui suit : « Deux journalistes, Stéphanie Marteau et Aziz Zemouri, démontrent l'utilisation politique des affaires par l'Elysée. Jamais une enquête n'avait été aussi loin dans l'affirmation de l'existence d'un «cabinet noir» à l'Elysée. A un an de la présidentielle, L'Elysée off des deux journalistes Stéphanie Marteau et Aziz Zemouri, publiée chez Fayard, risque de faire l'effet d'une bombe et d'affaiblir encore plus le Président. Ecrit au présent de l'indicatif, le livre démontre l'utilisation politique des affaires avec un chapitre au titre sans ambiguïté: «Le cabinet noir». Le candidat Hollande avait pourtant affirmé: «Moi Président, je n'interviendrai pas dans les affaires de justice.» «Depuis l'Elysée, dans le plus grand secret, l'entourage de Hollande est donc à la manœuvre pour collecter des renseignements hors de toutes voies institutionnelles».
Attention c'était pour le livre précédent de ces deux auteurs, qui en fait, pour le suivant, sont un nombre indéterminé pour l'ouvrage « bienvenue chez Beauvau », la « révélation » ne fut pas mirifique et gageons que le dernier ouvrage ne galvanisera pas les foules post-électorales.
Dans l'impossibilité de nous faire avaler une réelle « transparence », « nouvelle » ou « souhaitable », et effacer des siècles de mensonges, notre bonne bourgeoisie n'est-elle pas en train de montrer finalement ses fonds de culotte ?
Il n'y a pas eu le fameux sondage Elab-BFM le lendemain du débat Pujadas/Fillon, comme d'habitude?
Pourquoi ?

LE PLUS MALPROPRE N'EST PAS FORCEMENT CELUI QUE L'ON CROIT

Il n'y a que les anars neuneus et baignant dans le mythe antifasciste (lequel suppose que les fachos sont les seuls vrais comploteurs) pour ne pas croire au machiavélisme des dominants. La théorie antifasciste fumeuse est d'ailleurs entièrement basée sur la théorie du complot ( comme vieille théorie bourgeoise, cf. mon article précédent sur la cinquième colonne... bolchevique). Il n'est pas étonnant que tous les anars et trotskars hurlent de concert avec les loups bourgeois contre le chien crevé Fillon ; outre leur absence de courage politique cela qualifie leur absence de discernement et leur complicité, Poutou et Arthaud cautionnent le système électoral pervers, sauvés de justesse par les « parrains » qui filtrent la mafia démocratique.

D'ordinaire, lorsque l'on vous attaque, pour vous persécuter, vous humilier, monter une cabale1, ou pour vous déconsidérer -et que vous n'êtes pas sûr de l'auteur des ignominies répétées – il suffit de balancer un nom en public, et le loup sort du bois. C'est ce qu'a compris l'étrange Droopy en ciblant sur l'hôte de l'Elysée en partance. Pourtant rien n'est sûr, pour beaucoup c'est le clan Sarkozy qui a lancé le truc il y a deux mois pour se venger des deux trahisons du Fillon2. Leur campagne électorale à tous est vraiment puante ; ils croyaient nous faire gober une campagne « propre » en s'acharnant sur Fillon mais voilà que l'autre les éclabousse d'un petit crachat. Ses tortionnaires vont bien sûr s'acharner contre l'asticot qui aurait dû continuer à servir de rideau au plat de nouilles politiciennes aussi peu ragoutantes les unes que les autres ; attention vous avez bien lu, je suis adepte de la théorie du complot, si vous voulez, et sous certaines explications non destinées à plaire à l'intelligentsia moraliste d'une pensée bourgeoise plus que jamais à sens unique (suivant le maître qui est au pouvoir).

Vrai, je vous le jure, on n'a jamais vu une telle persécution aussi programmée, jour après jour contre un candidat, avec son lot de « révélations » ciblées, programmées quasiment « chaque jour » par un journal très peu satirique, complice des policiers et des juges ; les juges sont les plus comiques qui affirment ne condamner – à chaque étape ou essai du « voleur » Fillon pour faire comprendre qu'il n'est que comme tous les autres un pauvre député otage des lobbies financiers et entrepreneuriaux - qu'à la suite des dénonciations (quotidiennes) d'une presse unanimement « indignée » contre le vilain canard, non le soit disant satirique mais le triste sire d'une droite anti-ouvrière qui n'a plus le pouvoir intégral depuis Pompidou; plus que Bérégovoy DSK connut un lynchage pire encore ; à quand une « révélation croustillante » sur la libido de Fillon ?
Rassurez-vous, ils ne lui lâcheront pas la grappe jusqu'au bout. Ce samedi  ils canardent encore et toujours à la mitrailleuse, ce n'est plus un complot mais une persécution pervers narcissique:
Le Monde : Présidentielle : Fillon, une campagne qui se délite
Le Dauphiné libéré : Toutes les affaires qui plombent la campagne de Fillon
L'Express :Montres de Fillon : l'ex-Premier ministre a-t-il ignoré ses propres consignes ?

Et je n'ose même plus regarder BFMacron... sachant le type de discussions de bistro entre les quatre chefs du "service politique".

Pourquoi cette obstination persécutoire? Parce qu'il n'y a plus que le scandale, et un traitement scandaleux plus pipole que sérieusement politique, qui peut intéresser, (guère mobiliser), une élection foireuse dont la grande majorité des prolétaires (et même des bourgeois) n'attendent aucun changement.

Cépamoi !

La meilleure preuve, non du complot en soi, mais de cette cabale, menée tambour battant comme une normalité, une "réalité incontestable", un contat irréfragable, la tricherie d'un seul homme et de son épouse, sous forme de l'acharnement intéressé de ceux qui tiennent le manche des marionnettes, fut la réaction émotionnelle et quasi immédiate de Hollande pendant l'émission et l'ordre donné (en off) au journaliste de lire sur son portable le « recadrage » présidentiel, curieux cordon ombilical qui fut gommé par la dénonciation du Fillon drivé lui aussi par son portable. Voyez-vous ces bourgeois qui se comportent comme de banals lycéens scotchés à leur iphone en toutes circonstances !

Pire que l'antique oreillette qui fit tant les gorges chaudes du commun des commentateurs autorisés tout en restant la règle des moutons journalistes. Du jamais vu donc, et nullement dénoncé par les journaputes : en pleine émission de Pujadas, un sms direct à un des journalistes par le roi de la république soi-même qui vient contredire son accusateur ! Bémol pour la médiatitude que cette (pourtant récurrente) « révélation » du nouveau « cabinet noir » que le locataire élyséen prend de haut : « allégations mensongères... provocant un trouble insupportable à la campagne présidentielle qui appelle dignité, sérénité et responsabilité » (communiqué de l'Elysée en direct sur les portables des journalistes et pas par oreillette). Un des auteurs est rameuté illico avant la fin de l'émission ...pour contredire... et surtout « faire blémir Fillon » (la voix de son maître table sur les communications non verbales)3 .

Voyons voyons se met à susurrer la meute : « il n'y a que Fillon pour croire à un complot » ! Le 4.
petit chose qui persiste à contrarier tous les « cépamoi » par ses « cévousaussi » n'est même pas défendu hardiment par ses colistiers, s'il l'emporte ce serait un scénario « héroïque » pour Hollywood, mais n'est pas Trump qui veut

Le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, au saut de son lit, est expédié fissa lui aussi répliquer au candidat LR dans la nuit même de jeudi à vendredi, dénonçant le vote «systématique» de François Fillon contre «tous les textes renforçant l'indépendance de la justice et favorisant la transparence de la vie politique». Les arguties politiques, c'est comme les flux financiers, c'est une question de seconde, sinon patatras !

Hollande se défend encore comme un beau diable le vendredi matin à 12H07 et à 12H24. Le Monde déniche une quatrième (ils sont combien, sans oublier les nègres policiers?) auteure du livre, laquelle Olivia Recasens, dément « formellement » l’existence d’un « cabinet noir », vendredi matin sur RMC. « Nous n’avons pas écrit ce qu’il dit. Notre surprise a été totale, a-t-elle fait savoir. Il n’existe pas de “cabinet noir” mais une remontée des informations qui est ancienne. Fillon tire sa dernière cartouche et tente de se servir de ce livre pour se sortir de ce mauvais pas. »

Toutes les demi-heures, BFMacron ne cesse de rappeler la réponse « cinglante » de Hollande. Les chiens aboient, la gamelle n'est pas loin. On a touché au domaine régalien, aussi les bouffons du roi virevoltent, on nous chuchote aussi que Fillon vacille d'avoir tant frôlé le crime de lèse-majesté qui ne peut que se retourner contre lui comme dans une vulgaire garde à vue, son pote député de Neuilly lui demande d'y aller mollo dans l'accusation de complot (cela fait parti du job commun). Plenel avait perdu sa place au Monde pour avoir dénoncé les écoutes téléphoniques secrètes, directement branchées à l'Elysée, du monarque Mitterrand face auquel aucun larbin, comme ceux idoines d'aujourd'hui, n'aurait osé en évoquer l'existence face à la morgue du prince5. L'hystérique Angot a crié à Droopy que ces pauvres journalistes sont muselés mais qu'elle a le droit de hurler (elle courageusement) avec les loups.

Tous, tous prennent la défense de Hollande, ce modèle irréprochable d'honnêteté politique6 ; cela aussi c'est inédit. L'autre auteure (secrète?) du livre «Bienvenue  Place Beauvau » (beau veau?) et charge à nouveau l'asticot Droopy. Pour Mme Recasens, « François Fillon est atteint de “trumpisme” : il tient pour faux ce qui est vrai, pour vrai ce qui est faux ». Puis surgit un autre article : Présidentielle 2017 : quand les faiblesses de l’homme sabordent le projet du candidat .

REVUE DE PRESSE FRANCOCONNE DES « célui » seul !

RTL : "Cabinet noir" de Hollande : l'un des auteurs démonte les accusations de François Fillon.
La Dépêche : « Sur le plateau, on hue. «De quel droit vous me condamnez ?» réplique Fillon. Et il renvoie à Angot : «Le salaire du coiffeur de M. Hollande, ça ne vous a pas choqué ? Vous me marchez dessus sans la moindre vergogne…»
Europe 1 pas suiviste : « Une enquête tout de même accablante. Didier Hassoux se montre bien plus prudent que dans son livre. Europe 1 l'a lu de A à Z, jeudi soir, et cette minutieuse enquête est accablante. "Plusieurs observateurs bien placés dans l'appareil policier nous ont décrit l'existence d'une structure clandestine, aux ramifications complexes", peut-on notamment lire dans ce livre. Parole contre parole. Jeudi soir, dans un communiqué, l'Elysée a démenti en bloc ces accusations, assurant "n'être jamais intervenu dans aucune procédure judiciaire depuis 2012", et n'avoir été "informé que par la presse" de l’affaire Fillon. Pour l'instant, c'est donc parole contre parole au plus haut sommet.
LA VOIX DU NORD aussi plus neutre : «  On cherchait un cabinet noir à l’Élysée, on l’a trouvé  », lance Fillon, demandant une enquête «  sur les allégations dans ce livre  ». Enquête difficile à mener avec l’immunité dont jouit le président de la République.

LCI (filiale de TF1) : « Accusé par Fillon d'être le responsable des fuites dans les affaires le concernant, Hollande "condamne avec la plus grande fermeté ».

LE PARISIEN (dès le lendemain) EN DIRECT J-30 : les auteurs du livre cité par Fillon démentent ses accusations contre Hollande
20 minutes : « Scandale d’Etat » et « cabinet noir » de l’Elysée. Interrogé sur les affaires, François Fillon s’est étonné des fuites dans la presse et a mis « en cause le président de la République ». Le candidat a dénoncé un « scandale d’Etat » et porté de lourdes accusations contre François Hollande, l’accusant d’être à la tête d’un « cabinet noir » à l’Elysée, en prenant pour source le livre « Bienvenue Place Beauvau » de journalistes du Canard Enchaîné. Des propos démentis par l’un des auteurs du livre dans la soirée, qui a dénoncé « une instrumentalisation » du candidat.
L'Express : « De la reconquête au chaos François Fillon était l'invité de l'Emission politique jeudi soir.Interrogé sur ses affaires judiciaires, François Fillon a contre-attaqué jeudi soir sur l'Emission politique, et a accusé François Hollande d'organiser les fuites dans la presse. Avant de se faire démentir ».
Libé (Rothschild hippy) : « Le candidat jouait son va-tout dans «l'Emission politique». Ses protestations d'innocence ont été balayées par Christine Angot. Ses accusations contre Hollande ont été contestées par les auteurs sur lesquels il s'appuie ».
L'Obs (revue de gauche caviar) : Actualités > Présidentielle 2017 > François Fillon dans "l'Emission politique" : les intox du candidat de la droite. Un "cabinet noir" à l'Elysée ? Fillon pris en flagrant délit de complotisme. «Le mea culpa, puis la contre-attaque. François Fillon a démontré, jeudi 23 mars soir sur France 2, qu'il était désormais rodé pour répondre aux accusations sur sa moralité... et que l'exactitude de ses arguments lui importait peu ». (Mais c'est l'Obs qui cumule les à peu près...).(...) Mais François Fillon ne s'est pas contenté de jouer en défense. Maniant une nouvelle fois l'argument complotiste, il a mis directement en cause François Hollande et a dénoncé un "scandale d'Etat". Un cabinet noir, vraiment ? Malheureusement pour l'argumentation de François Fillon, l'un des auteurs du livre cité a immédiatement réagi pour souligner que les accusations portées par François Fillon ne figuraient pas dans l'ouvrage. Les accusations de François Fillon ne manquent pas de saveur quand on se souvient que l'ex-Premier ministre a demandé à Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l'Elysée de François Hollande, d'accélérer les poursuites à l'encontre de Nicolas Sarkozy, son rival dans la perspective de la primaire de la droite – François Fillon a porté plainte en diffamation mais a été débouté ».
Un "cabinet noir" à l'Elysée ? Fillon pris en flagrant délit de complotisme Invité sur France 2, le candidat de la droite a porté de graves accusations (ouille!!!) contre le chef de l'Etat. Problème : il a été immédiatement contredit.
Sur LCI un souteneur honnête, montre en main, réagit : « Fillon accuse Hollande d'organiser les fuites : "Il doit se retirer", affirme Julien Dray
L'Huma (vieux canard stalinien tenu à bout de bras par les banques capitalistes): Sur le fond aussi, Fillon vole de reculade en débandade.
La Croix : LA PRÉSIDENTIELLE VUE DE RUSSIE Le cœur des médias russes balance entre le candidat républicain, salué par Vladimir Poutine, et Marine Le Pen, régulièrement louée pour sa russophilie.
huff post (ce bâtard américano-français du Monde milite avec force pour le minet Macron, cousin germanophile du Fillon, un vrai défenseur des ouvriers, et c'est pourquoi il s'attache à récupérer nos arguments de classe exploitée face au seul torpide Fillon (victimaire le Droopy mais pour les seules grandes fortunes et leur dette) : « Histoire de rendre la soirée plus mémorable encore, François Fillon a dû affronter, dans une séquence à la frontière du réel, le courroux de l'écrivaine Christine Angot qui l'a accablé de reproches. Un épisode qui aura au moins permis à l'ancien premier ministre de faire oublier sa rencontre glaciale avec des personnels soignants, ulcérés par son projet d'allongement de la durée de travail. François Fillon a été à la rencontre du personnel soignant d'une maison de retraite de Bry-sur-Marne, en région parisienne. Le candidat Les Républicains a alors été interpellé sur son projet de faire travailler les fonctionnaires 39h au lieu de 35 (voir la vidéo en tête d'article)."Vous imaginez la pénibilité de notre travail?", demande une aide-soignante de cet EHPAD du Val-de-Marne avant qu'une de ses collègues explique "les 39h on les fait déjà, on récupère (la différence avec les 35h) en RTT"."Vous voulez que je fasse de la dette supplémentaire?""Il faut qu'elles soient payées", répond François Fillon. Le personnel soignant rétorque alors vouloir rattraper les heures supplémentaires pour se remettre physiquement plutôt que d'être payé. "On a besoin de nos RTT pour se reposer. Parce que l'épuisement professionnel arrive aussi", assure un membre du personnel alors qu'une autre aide-soignante cite en exemple: "on est deux la nuit, pour 84 (résidents) et on fait des soins jusqu'à trois heures du matin".Réponse glaciale de François Fillon: "bah je pense que partout autour de nous, on est à 39 heures, voilà". Face aux demandes d'obtenir davantage de moyens humains tout en restant aux 35 heures pour s'occuper des personnes âgées en maison de retraite, le candidat de la droite lâche: "vous voulez que je fasse de la dette supplémentaire?"."Avec les 39 heures, je pense que vous avez trouvé une solution aux retraites parce qu'on ne va pas y rester longtemps, à la retraite, au niveau où on en est", s'agace un membre de l'équipe soignante. "La durée de vie s'est allongée de manière considérable", note Fillon avant de se faire interrompre: "oui, la vôtre, peut-être".


REVUE DE PRESSE INTERNATIONALE VOYEUSE ET EBAHIE
(sans aucune véritable analyse de la situation incongrue ni sur le fond de la cabale)

Sputnik condensé de la presse poutinienne louange Fillon sous des airs d'objectivité ménageant la surprenante réponse précipitée de l'Elysée en pleine émission (on imagine le tollé si Sarkozy au pouvoir avait eu une immixtion aussi subite!) : « Le Président français François Hollande n'a pas mâché ses mots pour répondre aux accusations que le candidat Les Républicains à la présidentielle François Fillon a proférées à son endroit hier soir à l'antenne de « L'Émission politique », sur France 2, devant des milliers de téléspectateurs.
Gazeta.ru
écrit : Политик также отметил, что поражен «важностью дела», которое ведется против него. В январе 2017 года левоориентированный сатирический журнал Le Canard Еnchaîné опубликовал статью, в которой Фийона обвинили в том, что он, будучи депутатом Национальной ассамблеи, фиктивно нанял свою супругу Пенелопу работать своей помощницей, за что та получила несколько сот тысяч евро. Более того, утверждалось, что зарплаты получали и дети Фийона, также оформленные в качестве помощников.

Bloomberg/politics plus objectif : Fillon’s accusation against the Socialist president followed comments a day earlier on France Info radio, when he accused the government of organizing a campaign of leaks about his affairs to weaken his candidacy. Fillon said the "organized leaks" violate the confidentiality of the judicial investigation.“Who are organizing these? State services," he told France Info, without giving details or proof.On Thursday, Fillon said on the France 2 TV network that “we were looking for a black cabinet, we found that black cabinet.” He was referring to revelations he said were contained in a book titled “Bienvenue Place Beauveau,” which was released Thursday. 

 The Guardian “En refusant de se retirer et en accusant l’État français de tentative d’ ‘assassinat’ politique pas seulement contre lui, mais aussi contre le processus démocratique lui-même, Fillon a joué son dernier atout”. Cinq semaines après les premières révélations du Canard enchaîné, “faire campagne sur le terrain est devenu extrêmement difficile pour le candidat, qui semble s’être retranché dans un bunker »
Le New York Times est attentiste et sa dernière incursion sur l'affaire Fillon remonte au début du mois : « Mr. Fillon’s opponents have been frustrated that the scandal has dominated coverage of the campaign, drowning out all but the best-known candidates, and that Mr. Fillon did not keep his promise to drop out ».
Le Soir (belge) : « L’ancien Premier ministre sous Sarkozy en est venu à mettre ouvertement en cause François Hollande après l’avoir accusé d’être à l’origine des révélations sur les emplois présumés fictifs de son épouse. «  Quand je vois qu’en deux heures on a ouvert une enquête sur l’emploi de Pénélope, je pense qu’en quelques jours, on peut ouvrir une enquête sur cette affaire-là  ». Cherche-t-il à faire porter l’attention sur une autre cible que sa personne ?
Le Temps (suisse) : « François Fillon a choisi de tout risquer, son avenir bien sûr, mais aussi celui de sa famille politique et, quelque part, celui de la cohésion républicaine dans une France où les juges et les médias sont désormais devenus des cibles pour les prétendants à la fonction suprême”.
Le journal italien Libero, comme la presse italienne et espagnole en général retient son souffle, mais était revenu sur l’impressionnant tableau de chasse du Canard (à barbouzes) , de Chaban-Delmas à l’ex-secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, en passant par Chirac, Sarkozy, Juppé et Giscard d’Estaing. Les uns y ont laissé leur réputation, les autres leurs chances de remporter une élection, quand ils n’ont pas été contraints d’abandonner leur mandat, et de flatter la fonction fouille-merde et instrumentalisée d'une presse qui se croit satirique et honnête : « Le ‘Canard’ est un cas unique dans l’histoire de la satire, un bijou du journalisme d’investigation, qui a inspiré diverses tentatives peu fructueuses d’imitation. Parce que le ‘Canard’ est tout simplement inimitable. Ses journalistes sont les mieux informés et les plus insubordonnés de Paris, et leur carnet d’adresse fait pâlir d’envie toutes les rédactions de la capitale.”
La Repubblica (Italie): « Sa campagne est en train de devenir un cauchemar, avec des protestations et des mouvements de contestation à chacun de ses meetings et à chacune de ses sorties publiques ».
Il Foglio (Italie) : “plus que tout, on en a la confirmation aujourd’hui, François Fillon est véritablement thatchérien, y compris dans son obstination à vouloir demeurer le candidat de la droite française, animé par la conviction de se trouver du bon côté”.

Le journal national espagnol ABC : «He sido alcalde, presidente de una región, diputado, primer ministro, durante más de treinta años», ha declarado Fillon, agregando: «Nadie ha podido acusarme de nada, nunca. Y, curiosamente, dos meses antes de la elección presidencial se lanza una campaña contra mi. Al final, estoy convencido que la justicia probará mi inocencia. Pero, de entrada, el calendario judicial ha sido montado para destruir mi candidatura». 7
Di Welt : « Die Ermittlungen gegen den konservativen französischen Präsidentschaftskandidaten François Fillon wurden laut Justizkreisen ausgeweitet. Es bestehe der Verdacht des „schweren Betrugs und der Fälschung“.
Die Zeit : « Der unter Druck geratene Präsidentschaftskandidat Fillon macht Frankreichs Staatschef für Skandalberichte in den Medien verantwortlich. Hollandes Vorgehen sei illegal.
Spiegel Online : “Fillon formellement accusé” et écrit que, “même si les observateurs avaient déjà prédit une démission de François Fillon, celui-ci veut évidemment poursuivre la campagne malgré le scandale autour de l’emploi présumé fictif de sa femme”.
Telegraaf (néerlandais ne pas confondre avec Hoolande) : PARIJS - De Franse presidentskandidaat François Fillon heeft de zittende president François Hollande beschuldigd van betrokkenheid bij een complot van de overheid om schadelijke berichten over hem te verspreiden. Dit complot moet zijn deelname aan de presidentsverkiezingen beschadigen.
Trouw (pays-bas) : Très vite après les premières accusations, Fillon a opté pour l’attaque frontale. Il s’engage maintenant à aller jusqu’au bout, bien qu’il ait promis de retirer sa candidature en cas de mise en examen. Il est visiblement revenu sur cette promesse. Reste à voir si, ce faisant, il sert l’intérêt de sa famille, de son parti, et le sien propre. La prise de risque est énorme”.
De Volkskrant (Pays-Bas) : “Si Fillon est élu, il bénéficiera de l’immunité pendant la durée de sa présidence. Mais pas Penelope. Ce qui pourrait donner lieu à une situation bien curieuse : Fillon à l’Élysée, Pénélope devant le juge.”


LES PRESSES ARABE, AFRICAINE et CHINOISE COMMENTENT PEU L'AFFAIRE FILLON, voire pas du tout car ce qui est reproché à Fillon est de la petite bière comparée aux turpitudes et exactions des dictateurs de ces zones...
Asahi (Japon) : qui voit dans la mise en examen « un coup dur qui pourrait affceter son taux de soutien à l’approche du premier tour en avril ».
Mainichi détaille l’affaire mais signale également le refus de la candidate du FN de « répondre aux convocations de la justice pour une affaire de rémunération de ses assistants parlementaires ».


COMPLOT OU COLLUSION DES DOMINANTS :

.gouvernement + journalistes + juges + politichiens ?

Le mot collusion est le plus indiqué dans la focalisation sur Fillon, ce lépreux qui est le seul « à aimer l'argent ». Le gouvernement mené par un président sur le départ, plutôt déçu de ne pas avoir été « confirmé », n'est pas plus maître du jeu que journalistes et juges, leur système a un côté irrationnel – c'est pourquoi il est perçu comme tel et qu'il est futile d'y chercher vraiment une explication – mais nulle fumée sans feu. Si j'ai été probablement le premier à avoir demandé « qui a lancé l'incendie », quand tout le monde se ruait impulsivement sur Fillon, nous ne disposons toujours pas d'une réponse claire. Tout ce qu'on peut voir c'est que la chasse continue de manière psychologique et n'a plus rien à voir avec la politique telle qu'on pouvait la concevoir ou la percevoir jadis. La société fonctionne en meute sous ses airs civilisés. Le Monde, depuis son stage plénélien, fonctionne sur le mode de l'Inquisition, est en chasse, voici quelques unes (je n'ai pas voulu passer mon temps à les relever toutes :

Le 14 : « Mis en examen, Fillon veut poursuivre sa folle campagne comme si de rien n’était ».

Le 15 : « François Fillon, Marine Le Pen : même mépris de la loi Editorial. Mis en cause par la justice, les candidats de la droite et de l’extrême droite à la présidentielle dévalorisent encore un peu plus la parole des responsables politiques ».

Voilà une campagne définitivement empoisonnée et le débat présidentiel torpillé par ces affaires. Voilà enfin, c’est inévitable, les Français confortés dans leur défiance à l’égard de la parole publique et dans leur rejet, voire leur dégoût, des responsables politiques. De cela, en tout cas, François Fillon et Marine Le Pen sont dès à présent coupables.



L'OBS s'y met le 16 : « MIS EN EXAMEN FILLON SE RESSOURCE SUR LES TERRES DU FN ».


PLACE A LA DEFENSE DE LA REPUBLIQUE SANS FRIC SANS COSTARD SANS MONTRE ET peut-être... SANS NEPOTISME
La chasse au Fillon se poursuit tranquillement le samedi 25 avec l'annonce qu'il a reçu un autre cadeau une montre à dix mille euros (cadeau habituel chez les députés et Premiers ministres8) et Le Monde s'acharne sur le cadavre : « François Fillon, un candidat en perdition ». Tous se gardent bien de revenir sur le « cabinet noir » de l'institution présidentielle.
L'OBS, bien connu pour son indépendance d'esprit quand la gauche est au pouvoir, relaie Le Monde dès ce samedi : « Le livre "Place Beauvau" ou la défaite du journalisme », et en rajoute une couche :
« Le livre cité dans "l'Emission politique" par François Fillon s'interroge sur l’existence d’une cellule clandestine au service de François Hollande. Et donne du grain à moudre aux amateurs des théories complotistes ».
La dénonciation du complotisme9, comme l'islamophobie, fait partie de la novlangue commune à l'élite et à ses larbins gauchistes, et signifie – si vous estimez qu'il y a bien sûr des complots nécessaires à toute la classe dominante 10– vous êtes un adepte des simplismes fachos11. Cette hystérie contre la théorie complotiste est du même ordre que l'accusation de racisme ou d'islamophobie, tout esprit critique de la morale (perverse) de l'élite bourgeoise, de ses magouilles diverses, financières, patronales et syndicale et de ses plumitifs à interprétation convenue – qui suppose une COLLUSION des puissants et pas vraiment un complot simple, car la collusion peut être considérée aussi comme un complot permanent puisque les puissants mentent et mentent résolument – doit être stigmatisé ! En réalisant l'opération tétanisante par excellence : faire défendre la décence par les plus corrompus !12
Or, Le Monde, si servile en général, avait évoqué lui aussi un complot (passé à la trappe depuis) : « le cabinet noir aurait aussi été à l’origine d’un de nos articles, "le drôle orchestre de Madame Valls", paru en mars 2016. Nous aurions ainsi été manipulés, ou aurions agi sur ordre de l’Elysée, dans le but d’affaiblir Manuel Valls. Notre enquête mettait en évidence l’étrange nébuleuse entourant Anne Gravoin, l’épouse de Manuel Valls, premier violon et directrice artistique de l’Alma Chamber Orchestra : un marchand d’armes sud-africain, un pilier de la Françafrique, un mystérieux homme d’affaires franco-algérien. Des financements opaques. Et l’ombre du dictateur Denis Sassou Nguesso. A l’époque, notre article n’avait suscité aucune réaction de la part de Matignon. Quelques jours après sa publication, Anne Gravoin démissionnait cependant de la direction de l’orchestre ».
La campagne électorale n'est qu'un jeu de cons à plusieurs. L'élimination de Fillon dès le premier tour le 23 avril peut aussi bien favoriser le FN, et la rancoeur contre la cabale organisée, donc pousser une partie de l'électorat de droite à voter Marine... comme à booster l'abstention. De toute façon Fillon sait qu'il n'a pas une voix à attendre de la classe ouvrière consciente vu la débilité de son programme misérable.
Quel que soit le résultat de l'élection, le système bourgeois sera en crise. On pourra toujours laisser aux historiens trier entre mes trois hypothèses sur le « complot », la cabale grossière en tout cas menée avec hargne pendant deux mois :
  1. La bourgeoisie aux basques des Etats-Unis ne veut pas d'un candidat qui déclare « nos deux
    principaux ennemis sont les Etats-Unis et la Chine » (lors de l'émission de Pujadas), et donc les ouailles de tout bord pour aller à la mangeoire US sont innombrables ; l'amitié pro-russe est un étrange sentiment commun à Trump et Fillon, sans oublier leur affichage "scandaleux", "pas bien", "imprévisible"?
  2. Le programme de Fillon est scandaleusement arbitraire, un vrai pousse-à-la-révolution et la bourgeoisie française a besoin d'un leader moins bourgeois en surface pour éviter l'explosion prolétarienne ;
  3. En voulant tenter un remake du « mains propres » italiens en s'acharnant contre un seul, la bourgeoisie moraliste a pris un boomerang dans la tronche et se révélant incapable de calmer la mare aux crocodiles, tente une alternance mitigée façon auberge espagnole macronesque pour faire croire qu'elle met fin au clivage bourgeois traditionnel gauche/droite, sans prendre trop de risque avec un FN (de toute façon isolé) et qui serait une grosse cata pour la France et l'Europe.
Mais, vu le grand élan d'inscriptions sur les listes électorales les sondages sont peu sûrs, même si une majorité de jeunes se sont inscrits dans l'optique de « faire barrage au FN », ce qui ne sera pas la preuve qu'ils ont progressé en conscience politique autonome de classe. Un commentaire presque pas idiot a retenu mon attention sur Libé : « Les Aristocrotes à la lanterne. Et si même un Filou13 pouvait être au final un bien pour ce pays? Comme un avertissement, au moindre de ces hommes politiques tentés de considérer la France comme une monarchie et leur caste comme la nouvelle aristocrassie... ».  Un bien comme Trump ?
EXTRAITS DU « BEAUVAU »
Pas terrible le futur best-seller, à moins que Fillon en touche un fort pourcentage, c'est du romancé journalistique avec profusion de noms célèbres, un argumentaire complotiste simplet qui prouve que ces larbins de presse ne comprennent rien au fonctionnement de la bourgeoisie, à la guerre des classes. Des fouilles-merde, lâches en plus dès qu'on les prend au mot.
"Pour orchestrer les affaires judiciaires il existe une mécanique complexe aussi efficace que redoutable. Hollande a su en tirer profit. D’abord il y a Tracfin, le service de renseignement de Bercy, le ministère piloté durant tout le quinquennat par Michel Sapin, un ami de quarante ans du Président. La plupart des affaires judiciaires qui ont empoisonné Sarko et les siens ont trouvé leurs racines ici, dans cet immeuble ultra-sécurisé du 9e arrondissement de Paris, entièrement classé secret-défense. Là, cent vingt fonctionnaires sont habilités à fourrer leur nez dans les comptes en banque de n’importe qui. Chaque semaine, le patron de Tracfin prend le chemin de l’Elysée pour assister, avec les directeurs des six autres services secrets, à la réunion organisée par le coordinateur du renseignement."
"Afin d’allumer la mèche d’une affaire politico-financière, il suffit que Tracfin pêche au bon endroit, remonte dans ses filets une infraction, et la transmette officiellement à la justice. Ou officieusement à un service enquêteur qui se chargera de mener une "enquête d’initiative" avant qu’un magistrat ne la reprenne à son compte. (...) Une fois la machine lancée, le dossier emprunte un alambic judiciaire, sous le regard d’un autre ami du Président le directeur des affaires criminelles et des grâces, Robert Gelli, qui a partagé la même chambrée que François Hollande et Michel Sapin lors de leur service militaire."
L'ancien président Sarkozy n'aurait pas été le seul à subir les manœuvres de François Hollande. Manuel Valls, aurait, lui aussi, été dans la viseur de l'actuel président de la République. Sébastien Gros, l'homme de confiance du premier ministre, est photographié et surpris, en septembre 2014, par la police des Courses et Jeux alors qu'il est en «grande conversation avec le patron de l'un des cercles de jeux parisiens visé par une opération mains propres». Puis surviennent les rumeurs d'une liaison entre le premier ministre et sa ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem. Mais aussi la publication d'un livre, en octobre 2016 qui déstabilise un de ses amis, Jean-Marie Le Guen, alors qu'il caresse l'idée de se présenter à la présidentielle. «Manuel Valls croit voir partout l'ombre maléfique de Hollande. Son entourage en est totalement persuadé: le château fomente des coups bas contre lui», notent les journalistes.
Sur BFMTV, Didier Hassoux a pourtant assuré que l'ouvrage n'accusait en rien le président de la République de piloter un cabinet noir, contrairement à ce qu'avance François Fillon: "On ne raconte pas du tout ce que dit monsieur Fillon. Après ce qu’on raconte dans le livre c’est que François Hollande a fait, comme nombre de ses prédécesseurs, une utilisation classique de l’appareil policier. ce serait une faute politique majeure qu'un certain nombre d'informations ne remontent pas."



NOTES:


1On a surtout employé cette expression en matière de théâtre, pour désigner un complot formé dans le but de faire tomber une œuvre ou un acteur. On l’a quelquefois aussi appliquée à une ligue dont le but est au contraire de faire applaudir à outrance (wikipédia). Mais la politique bourgeoise n'est-elle pas devenue un théâtre...télévisuel ?

2Cf. L'affaire Jouyet où Fillon avait été requérir une accélération de la procédure judiciaire contre Sarko, et où, malgré son procès en dénégation il avait été débouté. Et aussi lors des primaires, sa faconde moraliste face aux Juppé et Sarko « On n'imagine pas le général De Gaulle mis en examen ».

3 France-info :« la fin de "L'Emission politique", le visage de François Fillon a quelque peu blêmi, lorsque le journaliste Karim Rissouli a appris en direct au candidat de la droite que l'un des auteurs du livre sur lequel il s'appuyait pour dénoncer un "cabinet noir", démentait ses propos. "Ah bon ? Il dément quoi ?", a alors réagi, dans un sourire gêné, l'ancien Premier ministre. "Vous allez lire le livre, j'ai lu le PDF comme on dit... On verra !", a-t-il finalement balayé, peinant à dissimuler son embarras ».

4Un des multiples auteurs, qui se dégonfle comme les autres, donne une explication peu convaincante de l'innocence du chef actuel de l'Etat : « «Nicolas Sarkozy avait (...) mis en place une police politique (...) alors que François Hollande, a simplement instrumentalisé la police à des fins politiques mais comme tous les présidents de la Ve République, c'est une maladie française», a-t-il poursuivi. Pour le journaliste, il y a une instrumentalisation de son livre par François Fillon, un homme «aux abois», qui «essaye de faire un coup». Didier Hassoux n'est que le troisième auteur du livre... combien sont-ils en réalité, si l'on inclut les flics et les juges gauchistes ?

5Les théories les plus variées circulent sur l'origine de la cabale : http://rmc.bfmtv.com/emission/cabinet-noir-a-l-elysee-contre-sarkozy-tout-est-fait-pour-qu-il-soit-mis-en-examen-avant-la-primaire-968355.html et aussi : http://www.boursorama.com/forum-politique-fillon-l-auteur-du-piege-identifie-445555059-1 et Bilger le 5 février : https://www.contrepoints.org/2017/02/05/279990-prets-a-mettre-fillon-jeu

6Demandez à Mélénchon ce qu'il en pense, et comment Hollande a magouillé en congrès pour le niquer. Dans sa biographie qui allait, croyait-il, favoriser sa réélection, Hollande confiait bien des choses à ne pas dire pour un édile gouvernemental « responsable », et en particulier : Sarkozy, je le surveille, je sais tout ce qu’il fait ». Un pouvoir sans surveillance de la population ne tiendrait pas deux jours, la surveillance n'a pas besoin d'être nommée complot, surtout par tous ces candidats comploteurs avec leurs sondeurs et manipulateurs professionnels d'estrade.

7Comentarios : Gina  ·  Hace 57 minutos
Fillon ha  sido alcalde, presidente de una región, diputado, primer ministro, durante más de treinta años. La pregunta es cuanto mas fraude ha cometido este Sr.durante esos años gloriosos.


8Ce qui entraîne ce genre de réaction de certains commentateurs, en général plus outré par la campagne de dénigrement millimétrée que par son programme anti-ouvrier : « Incroyable!!!! Bientôt les médias relayeront le fait que Fillon utilise du papier toilette triple épaisseur!!! Ou que sa femme lui achète des cravates a 200 balles!!! Franchement les médias abaissent la campagne électorale, comment ne pas voir la hollandie derrière les manettes??!!!! C est pitoyable...mais le pire pour ces gens, C est que Fillon l'emportera car C est le seul à avoir un programme, macron n est que du vent et de l'argent... « .

9La radio d'Etat s'est inquiétée pour les gamins peu avant : « Comment conduire collégiens et lycéens à porter un réel regard critique sur les thèses conspirationnistes ? Comment déconstruire ces théories sans tomber dans la morale ou la condescendance ? Est-il encore possible de leur opposer des arguments factuels et rationnels ? Est-il trop tard ? Et puis, pourquoi ces théories du complot séduisent-elles autant certains jeunes ? Que vous soyez parents, profs ou élèves… Comment faîtes-vous pour lutter contre les théories complotistes ? « . Invité d'honneur Christophe Bourseiller, spécialiste de
l'espionnage des sectes d'extrême gauche et des amalgames (cf. son livre : « C'est un complot »). Un sous-fifre d France Inter s'est rendu dans un lycée de Roubaix et étale son mépris des jeunes (pourtant aussi décontenancés que les adultes par la nausée que flanque la décompopolitique bourgeoise) : « j'ai rencontré les secondes de François Da Rocha ... Massim, Souleyman, Mayji, Tarik, Bilal, Sayif, Hamza, Sara, Soraya, Masouaro, Roua, Sirine, Malik, Sirine, Amel et Reda et assez librement, sans pudeur de gazelle, il m'ont parlé des théories du complots... un mélange chez eux de vrai, de faux de désinformation, bref un magma bizarre... ». Des jeunes fachos sans doute !

10Libé-Rothschild en perd même son latin : « De son côté, le candidat de la droite à l'élection présidentielle poursuit d'user d'un argumentaire complotiste pour répondre aux accusations qui lui sont faites ».

11Ce qui est sermonné un peu plus loin : « Tout cela ne serait pas si grave si ce livre n’avait donné un grain à moudre inespéré aux zélateurs de l’extrême droite, qui depuis s’en donnent à cœur joie sur les réseaux sociaux. Dès lors, on ne sera pas étonné que les bonnes feuilles de "Place Beauvau" aient fait la couverture du dernier numéro de "Valeurs actuelles". Il fallait entendre Eric Zemmour jubiler vendredi matin sur RTL :"Il y a en France une offensive de magistrats alliés aux médias pour prendre une sorte de pouvoir dans la République. Il y a une prise en otage de la présidentielle et de l'élection populaire par les juges et les médias".




12C'est à dire à la fois par un Fillon grillé mais surtout par les journalistes – qui sont par excellence les meilleurs comploteurs professionnels (cf ceux du lamentable canard à flics et Médiapart en premier lieu). Personne n'a remarqué que la sauce des journalistes dépend du bon vouloir informatif des flics et des magistrats, sinon ils n'ont rien à becqueter.


13Je me permets cette remarque complémentaire, en France n'ont été élu en général que des filous (y compris De Gaulle, filou de guerre) regardez la cohorte des Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande... On dirait que les électeurs font plus confiance aux meilleurs filous pour les gouverner. Vous imaginez un président honnête vous ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire